Santé et Sécurité (ETUI)

23 % des travailleurs européens considèrent que leur sécurité ou leur santé est menacée à cause de leur travail. Ce chiffre montre que les conditions de travail en Europe ne s’améliorent pas. Malgré la diminution des emplois industriels au profit des emplois de services, l’exposition aux risques physiques classiques — bruit, produits dangereux, port de charges lourdes, etc. — persiste.

Parallèlement, de plus en plus de travailleurs se plaignent de l’influence de leur travail sur leur santé psychologique. Le mal-être au travail peut avoir des conséquences dramatiques, comme en témoigne la vague de suicides qui a touché certaines grandes entreprises françaises ces dernières années.

Les nouveaux modes d’organisation du travail, conjugués à son intensification, ne sont sans doute pas étrangers au maintien des risques traditionnels et à l’émergence de nouveaux risques dans les entreprises. Les syndicats considèrent que cette intensification est la principale cause de l’extension du stress au travail et des troubles musculosquelettiques, dont se plaint plus d’un travailleur sur cinq.

Si ces phénomènes touchent tous les pays, tous les secteurs d’activité et toutes les catégories professionnelles, les moins qualifiés et les travailleurs manuels sont ceux qui paient le plus lourd tribut. En France, par exemple, l’espérance de vie en bonne santé d’un ouvrier de 35 ans est inférieure de 10 ans à celle d’un cadre. À l’heure où la tendance est à la prolongation des carrières, on ne peut plus faire l’économie d’un débat sur les conditions de travail et leur impact sur la santé des travailleurs. À travers les dossiers suivants, nous apportons notre contribution à la discussion.

Source

Laisser un commentaire